Languages

L'Ile Maurice

Presentation Générale:

Petite ile de 1,865km2, l’ile Maurice se situe dans l’Océan Indien. Située à 900 kilomètres de Madagascar et 200 kilomètres de l’ile de la Réunion, elle fait partie de l’archipel des Mascareignes. Avec ses 330 kilomètres de côtes et de plages, elle abrite une population de 1.2 million, dont la capitale est Port-Louis. Elle est indépendante depuis 1968, et ses principaux piliers économiques sont: le textile, le sucre, le tourisme et services. Cette ile contrastée vous accueillera en créole, en français et en anglais.

 

Le mélange culturel:

L’ile Maurice se révèle être une expérience humaine surprenante et unique. Le pouls de cette ile si particulière se ressent à travers sa population si diversifiée, née de différentes origines. Ce kaléidoscope humain s’explique à travers son histoire chargée. En effet, perdue au milieu de l’Océan Indien, elle fut découverte par les Arabes, colonisée par les Hollandais, puis les Français et les Anglais. Elle fut un objet de convoitise et de discorde.

 

Durant cette phase de colonisation française et anglaise, des africains furent emmenés comme esclaves, ils côtoyèrent des ‘coolies’ : des engagés indiens, et des chinois surtout des commerçants. Il s’y développa une population de métis, issus principalement de noires aussi appelés créoles, et de blancs issus de l’Europe. A l’heure actuelle, l’ile Maurice est un pays démocratique qui est indépendante depuis 1968.

 

Il existe une coexistence entre hindous, chrétiens, musulmans, tamouls, taoïstes et bouddhistes. Une douzaine de langues sont parlées sur l’ile ; l’anglais, le français, le hindi, l’urdu, l’arabe, le hakka, le mandarin, le marathi, mais une langue demeure le lien entre tous ces groupes d’individus : le créole. Le créole est un patois à base de français, qui est fortement associé au folklore national du pays ; le Sega une danse traditionnelle. Le Sega demeure l’emblème parmi toutes ces différentes affluences qui représentent la population mosaïque de l’ile, d’inspiration africaine, elle exprime à l’origine la douleur mais aussi la sensualité. Les mardis à l’hôtel Tamarin, il est possible de gouter à ce folklore, en admirant les grandes jupes colorées de Sega tournoyé au rythme des tambours.

 

Grace à cette multiplicité culturelle, le mauricien a développé une tolérance envers l’autre, et notamment envers l’étranger. Le sourire et la simplicité de cette population pourrait bien vous déstabiliser. L’accueil chaleureux et la courtoisie sont de mise, n’hésitez pas à vous arrêter pour demander votre chemin ou des indications, les mauriciens seront prêts à vous aider !

 

La cuisine et les fruits mauriciens

La cuisine mauricienne est à l’image de sa population ; coloré et diversifiée. Elle est un croisement savoureux entre les différentes inspirations et origines ; indienne, chinoise, arabe, créole et européenne. Généralement épicée, elle mélange les saveurs entre tradition et héritage culturel, les recettes prennent une dimension tout à fait unique. Mais la cuisine typiquement mauricienne n’est pas la seule source de fierté, les fruits spécifiques aux iles le sont tout autant.

 

Une grande variété est disponible sur l’ile, dépendant des saisons. Les plus connus et appréciés sont : les litchis qui poussent de novembre à janvier, ou encore les mangues à partir de septembre, il faut savoir qu’il existe plusieurs variétés de mangue sur l’ile. D’avril à mai, il est possible de consommer les goyaves ‘de chine’ jaunes, des ananas et des bananes tout au long de l’année. La variété de fruit peut s’étendre des goyaves, avocats, cocos, fruits de la passion, de la papaye, pitaya ou fruit du dragon, aux cœurs de bœuf, longanes, pastèques, caramboles, pamplemousses et corossols. Tous ces fruits ne sont pas toujours consommables tout au long de l’année mais à certaines saisons uniquement.

 

Les Cultures de Sucre et de Thé sur l’ile:

L’ile Maurice est connue pour ses cultures de sucre et de thé. Les plantations de sucre occupent près de 90% des terres cultivables, et de mars à septembre les longues pousses vertes recouvrent l’ile et s’imposent presque partout dans le paysage. Apres la coupe, les pics rocheux et les montagnes se dévoilent aux alentours des routes qui serpentent l’ile. Il est possible d’y apercevoir des pierres noires volcaniques entassées en monticule dans les champs, ce qui consiste en une particularité de l’ile. L’exportation du sucre a longtemps été la source principale de devises pour le pays.

 

Dans le sud de l’ile, les collines de Bois Chéri y accueillent les plantations de thé sur plusieurs centaines d’hectares. La récolte se fait à l’aube par des cueilleuses qui prélèvent uniquement deux ou trois feuilles sur la tige. Les feuilles de thé sont ensuite transportées afin de subir une phase de séchage et de flétrissage. Apres fermentation et triage, elles macèrent pendant un mois et elles seront parfumées à la vanille. Bois Chéri réunit des plantations de thé ainsi qu’un musée pour les curieux de nature.

 

Les différentes cérémonies religieuses et leurs vidéos sur YouTube.: Guide

A travers cette mosaïque de cultures et de de religions, la population née de l’héritage de trois continents, préserve les traditions et les croyances de ces terres natales. Les festivals et hommages religieux sont célébrés toute l’année dans le respect et l’harmonie. De janvier à février sont célébrés :

 

Thaipoosum Cavadee : aussi appelé tout simplement Cavadee, les Tamils qui sont originaires d’Inde font pénitence en se perçant les joues, la langue et le corps avec des pins tout en transportant le ‘Cavadee’ : une arche faite en bois recouverte de fleurs, et un pot de lait. Il est possible de voir une vidéo ici : https://www.youtube.com/watch?v=MB6QpYMQR1M

 

La fête du printemps : tous les ans, le nouvel an chinois se célèbre à une date différente, dépendant du calendrier lunaire ou solaire. Selon la tradition chinoise, les ciseaux et les couteaux ne doivent pas être utilisés le jour du festival, et aucun argent ne doit être dépensé pendant ce jour. La couleur rouge symbolise le bonheur est affiché partout, et des offrandes de nourriture sont faites afin d’assurer l’abondance pendant l’année. Le traditionnel gâteau à la cire d’abeille est partage, et des pétards sont allumés afin de chasser les mauvais esprits. Quelques jours après la célébration, le festival est clôturé par la fête du dragon ; la traditionnelle danse du lion est exécutée par des danseurs et musiciens le long des rues. Il est possible de voir une vidéo de la fameuse danse du lion :

 

En février, il s’agit du Maha Shivaratree : ou des milliers de pèlerins tous habillés de blanc, marchent de longues distances afin de se rendre au lac sacré Grand Bassin. Tout en transportant le ‘Kanwar’ ; une arche en bois recouverte de fleurs et de miroirs, ils rendent hommage au lord Shiva. Les hindous prennent un peu de cette eau sacrée afin de la ramener chez eux, des cérémonies sont faites sur place pendant trois à quatre jours. Cette célébration est issue du grand rituel fait sur les rives du Gange en Inde. Une vidéo est disponible ici: http://youtu.be/4RAqLb5o1uU 

 

 

En mars et avril ; le 12 mars est un jour national afin de commémorer le jour ou l’indépendance fut acquise à l’ile Maurice. Est célébré également Ougadi ; le nouvel an pour les Telegu, originaires d’une différente partie de l’Inde.

 

En aout ou septembre, Ganesh Chaturthi : est célébré par les hindous le quatrième jour du mois lunaire en aout ou septembre, cette célébration est en l’honneur de la naissance du dieu Ganesh. Des petites répliques du dieu à tête d’éléphant sont emportées a la plage ou aux rivières afin de les immerger avant le coucher du soleil.

 

Le pèlerinage du Père Laval : le 9 septembre, les mauriciens issus de différentes religions font le pèlerinage à pied ou en voiture afin de se rendre à Sainte Croix, près de Port-Louis, lieu où se trouve le tombeau de R.F Jacques Désiré Laval. Aussi communément appelé le Père Laval, il est connu comme l’apôtre de la communauté noire, marquée par l’esclavage, et pour être capable de guérir les malades. Il fut le premier à être béatifié par le pape Jean Paul II.

 

En octobre ou novembre, Divali : est la plus joyeuse célébration chez les hindous. Divali commémore la victoire de Rama sur Ravan, de la lumière sur les ténèbres et l’ignorance. Mais également la destruction du démon Narakasuram par Krishna. Des petites lampes à l’huile sont disposées le long des murs, sur les balcons et dans le jardin. Elles sont allumées au coucher du soleil afin de guider le bien et la chance dans les maisons. Divali est une célébration de bonheur, et est une occasion de partager pour tous les mauriciens.

 

En décembre, la marche sur le feu : cette célébration tamile est faite entre décembre et février. Apres dix jours de pénitence, de méditation et de prières, les repentants se rendent au temple ou ils marcheront sur un lit de chardon brulant et plonger leurs pieds dans du lait afin de les rafraichir. Une vidéo

Holi : est une célébration de joie et de partage. Hommes, femmes, enfants confondus s’envoient de l’eau, des poudres colorées et se souhaitent de la chance a chacun. Une vidéo :

Eid-Ul-Fitr : est un festival qui clôture le Ramadan, le carême musulman. C’est un moment de joie également ; des cadeaux sont échangés, des donations sont faites aux pauvres, des visites familiales sont effectuées, et des souhaits sont échanges.

Liens Utiles
Les alentours